Restauration de la continuité écologique sur la Bresle par la remise en fond de vallée du cours d’eau à Sénarpont

Page mise à jour le 01/12/2017
Créée le 18/05/2017

L'opération

Catégories Restauration et réhabilitation
Type d'opération Retour du cours d'eau dans le talweg d'origine
Type de milieux concerné Cours d'eau de plaine
Enjeux (eau, biodiversité, climat) Continuité écologique
Bon état des habitats

Début des travaux
Fin des travaux
novembre 2013
mai 2015
Linéaire concerné par les travaux 660 m

Cours d'eau dans la partie restaurée

Nom La Bresle
Distance à la source 30.00 km
Largeur moyenne à pleins bords avant travaux
7.00 m
Largeur moyenne à pleins bords après travaux Non renseigné
Pente moyenne 2.20 ‰
Débit moyen 1.07 m3/s

Contexte réglementaire Non concerné
Autres Listes 1 et 2 L. 214-17
Loi Non concerné

Références au titre des directives européennes
Référence de la Masse d'eau FRHRSAV07
Référence du site Natura 2000
FR2200363
Code ROE
38669

Localisation

Pays France
Bassins Seine-Normandie
Région(s)PICARDIE
Département(s)SOMME (80)
Communes(s)SENARPONT (80732)
Région HAUTS-DE-FRANCE

Carte de France
Carte de France

Les objectifs du maître d'ouvrage

Rétablir la libre circulation des poissons migrateurs.
Restaurer les caractéristiques hydromorphologiques.
Consolider et revitaliser les milieux humides alluviaux d’intérêt communautaire.

Le milieu et les pressions

La Bresle, fleuve côtier long de 70 km, se jette dans la Manche au niveau de la commune du Tréport. L’agricul­ture est l’activité dominante du bassin versant (748 km2). Malgré un ruissellement important sur des terrains agri­coles pas toujours couverts, la qualité physico-chimique de l’eau est globalement bonne. Ce fleuve, en première catégorie piscicole sur tout son cours, est classé en listes 1 et 2 de l’article L. 214-17 du Code de l’environnement. Des espèces migratrices amphihalines (truite de mer, sau­mon atlantique, lamproies marine et fluviatiles, anguille européenne) et holobiotiques (truite fario, lamproie de Planer) sont présentes dans la Bresle. Sa vallée et plusieurs de ses affluents, de par leurs intérêts écologiques, sont classés en site Natura 2000.

De nombreux ouvrages difficilement franchis­sables ou infranchissables contrarient fortement l’accomplissement du cycle biologique des es­pèces migratrices et bloquent le transit sédimen­taire. Plus de 230 obstacles ont été recensés sur l’ensemble du bassin versant, patrimoine d’une ancienne activité minotière et d’une activité d’ennoiement des prairies datant pour certains ouvrages du XIIe siècle.

 Au début des années 2000, le seuil du moulin de Sénarpont [ROE 38669] représente le front de colonisation historique pour les grands salmoni­dés migrateurs sur la Bresle, avec une hauteur de 1,90 m et un remous d’environ 800 m. Le moulin datant du Moyen-Âge est constitué d’un bief qui achemine l’eau, d’un ouvrage de décharge situé au centre du bief, d’une prise d’eau permettant d’inonder les prés situés en contrebas et d’un seuil surmonté d’une grande vanne, ouvrage principal situé à la fin du bief. Lors de la créa­tion de ces ouvrages, le cours naturel de la Bresle a été dévié de son fond de vallée vers le nouveau bief. Les ouvrages du moulin de Sénarpont empêchaient l’accès à environ 8 km de cours d’eau en amont, tron­çon dépourvu d’obstacles majeurs et favorable à la croissance et à la reproduction des espèces migra­trices. Abandonné depuis les années 1970, le moulin s’est dégradé et l’absence d’entretien a permis à des milieux à fort intérêt écologique de se développer comme cette aulnaie frênaie humide entre les deux bras du canal de décharge.

Carte locale
Carte locale

Les opportunités d'intervention

La coopérative agricole Noriap, propriétaire de cet ouvrage qu’elle n’utilise plus depuis plus de quarante ans, délègue la maîtrise d’ouvrage à l’Établissement public territorial du bassin de la Bresle (EPTB Bresle). Face à l’important enjeu écologique, suite à plusieurs études d’impact, l’EPTB de la Bresle entreprend à par­tir de 2003 une démarche auprès des propriétaires fonciers pour mettre en place une rivière de contour­nement en fond de vallée. Cette première démarche s’est conclue par un échec en partie dû, lors de l’étude préalable, à une communication mal adaptée au contexte du territoire et à une réticence des riverains par peur du changement de paysage. De nombreux échanges ont par la suite eu lieu pour sensibiliser et prendre en compte les attentes de chacun sur ce projet. En 2011, un propriétaire reste en désaccord, ne voyant pas l’intérêt écologique et pointant le gaspillage d’argent public qu’engendre cette action. En 2013, les démarches de concertation avec les proprié­taires fonciers et en partenariat avec la délégation ter­ritoriale et maritime Seine-Aval de l’Agence de l’eau Seine-Normandie (AESN) continuent. Le projet évolue afin de proposer des solutions techniques plus pous­sées, avec deux scénarios pour restaurer la continuité écologique : la création d’une passe à poissons ou la remise dans le fond de vallée du cours d’eau en em­pruntant les anciens canaux de décharge. La concerta­tion aboutit enfin, avec un consensus sur le projet. La passe à poissons, n’apportant pas un gain écologique suffisant au vu des enjeux et de son coût élevé, est abandonnée. La remise du cours d’eau en fond de val­lée, pour un coût équivalent, permet d’améliorer plus significativement la qualité des habitats et réduit les charges d’entretien inhérentes à un ouvrage de fran­chissement.

Les travaux et aménagements

Les travaux réalisés fin 2013 consistent à créer en fond de vallée un tracé de multiples bras réutilisant partiellement les anciens canaux de décharge du moulin abandonné.

Une partie du terrassement est réalisée classiquement à l’aide d’engins adaptés aux milieux humides. Le reste est réalisé par le cours d’eau lui-même qui trace son lit en s’engouffrant dans les anciens canaux. Ce terrassement hydraulique est facilité par la présence de vannes qui permettent de réguler les débits et de simuler une crue morphogène de type « plein bord ». Laissé pendant un mois à son libre cours, mais sous contrôle de l’entreprise de travaux, le fleuve redes­sine un lit tout à fait naturel. Cette méthode permet, grâce à l’érosion naturelle, de redistribuer les sédi­ments grossiers des berges et d’éviter ainsi un apport coûteux de matériaux exogènes. Cette méthode évite tout tassement et toute dégradation de l’aulnaie frê­naie, ce qui préserve ses fonctionnalités.

Lors des travaux, on choisit de s’adapter aux réalités du terrain plutôt que de suivre la côte théorique cal­culée en phase projet. On obtient ainsi un tracé plus naturel. Le bief, ancien cours principal de la Bresle, est comblé par l’apport de matériaux gravelo-terreux ex­térieurs pour assurer une bonne stabilité des terrains comme s’y était engagé le maître d’ouvrage auprès des propriétaires riverains.

Des aménagements complémentaires, comme la mise en place de clôtures ou d’abreuvoirs, sont effec­tués en 2015 afin de maintenir l’activité agricole tout en protégeant la qualité du cours d’eau.

La démarche réglementaire


Autorisation au titre de la Loi sur l'eau
Nomenclatures s'appliquant sur le site :
3.1.2.0 (A) Modification du profil en long ou le profil en travers du lit mineur d’un cours d’eau ou dérivation d’un cours d’eau
3.1.5.0 (A) Destruction de frayère
3.3.1.0 (A) Assèchement, mise en eau, imperméabilisation, remblais de zones humides ou de marais

La gestion

Mise en place d’un pâturage par les chevaux en rive gauche.

Le suivi

Le suivi biologique de cette opération est basé sur le peuplement piscicole. L’état initial est mené en 2013 avec une pêche électrique au niveau de l’ancien bief.

Ce suivi est complété par le comptage des frayères sur le site en 2013 et 2014, puis par un suivi de celles-ci en 2015 sur les 8 km de cours d’eau accessibles depuis les travaux (réalisés en partenariat avec la station salmonicole Onema). Le suivi post-travaux est réalisé entre 2013 et 2015. Deux inventaires sont menés en 2015 en suivant le protocole IAT (Indice abondance truite) par l’association Seinormigr.

Les suivis initial et post travaux ne sont pas identiques, le premier correspond à une pêche de sauvetage totale et le second correspond au protocole IAT. Les résultats peuvent toutefois être exploités par des calculs de densité d’individus.

Le bilan et les perspectives

Le contournement de l’ouvrage hydraulique de Sé­narpont permet de restaurer la continuité écolo­gique de la Bresle sur 8 km. Les travaux améliorent le fonctionnement de la zone humide de type aul­naie-frênaie en lui assurant une meilleure alimen­tation en eau. Cette opération restaure aussi 650 m de cours d’eau, en diminuant l’effet remous (400 m) et en (ré)alimentant en eau certains bras (250 m). La connexion entre le lit majeur et le lit mineur, sur le secteur des travaux, crée de nouvelles zones d’expan­sion de crues (secteurs sans enjeux). Ces connexions latérales améliorent la qualité de l’eau par une meil­leure autoépuration et à la création d’une nouvelle diversité d’habitats favorables à la biodiversité.

L’ancien remous est remplacé par des écoulements diversifiés, des bras multiples en fond de vallée et un substrat grossier décolmaté et renouvelé naturelle­ment par la restauration des processus de réajuste­ment morphodynamique.

Le suivi des poissons montre qu’avant travaux, en 2013, la densité de truite était de 0,5 individu pour 100 m2. En juillet 2015, après travaux, elle atteint 5,6 individus pour 100 m2. La population de truites est ainsi multipliée par onze avec une augmentation de la population juvénile (en 2015, 85 % des individus sont des juvéniles contre 30 % en 2013). Ce site de­vient donc favorable à la reproduction des géniteurs et au grossissement des juvéniles.

 Fin 2013, juste après la mise en eau du nouveau lit, plusieurs truites de mer sont observées, en action de fraie au sein même du linéaire restauré. Cinq frayères de grands salmonidés migrateurs sont dénombrées sur le site. L’année suivante, une dizaine de frayères y sont observées. Des chabots et des anguilles sont également capturés lors de l’inventaire.

Les points forts de cette opération sont la restaura­tion du fonctionnement global du cours d’eau et de ses annexes hydrauliques avec un coût assez modeste au vu des résultats. L’EPTB de la Bresle a su défendre ses ambitions de restauration et négocier lors de nom­breuses discussions, afin d’obtenir un accord de l’en­semble des propriétaires et convaincre la commune.

Aujourd’hui, les retours de cette opération sont po­sitifs. Les riverains s’approprient plus facilement le milieu et ont plaisir à retrouver un cours d’eau dyna­mique avec une écologie diversifiée.

Cette opération est d’autant plus positive que cer­tains propriétaires d’autres moulins, autrefois réti­cents à l’idée d’aménager leurs ouvrages, sont au­jourd’hui prêts à entreprendre des actions de restau­ration de la continuité écologique.

La valorisation de l'opération

De nombreuses visites de terrain ont été organisées par l’Institution de la Bresle pour présenter ce projet aux proprié­taires d’ouvrages hydrauliques, aux élus, ainsi qu’à d’autres organismes. Cette dé­marche sert de vitrine, notamment pour convaincre les propriétaires d’ouvrages hydrauliques d’aménager leurs seuils. Un panneau didactique est installé sur le site pour sensibiliser les passants.

En 2015, l’Institution de la Bresle a obtenu le prix « Préservation de l’environnement » décerné par le Conseil régional de Picardie pour récompenser cette initiative régionale pour l’environnement. De nom­breux articles de presse sont parus sur cette action et un reportage filmé a été produit par France 3 pour présenter cette opération emblématique.


MédiasMédias
Sentiers pédagogiquesSentiers pédagogiques
Prix ou récompensePrix ou récompense

Coûts

Coût des études préalables 38 880 € HT
Coût des acquisitions Non renseigné
Coût des travaux et aménagement 108 390 € HT
soit, au mètre linéaire : Non renseigné
Coût de la valorisation 2 980 € HT
Coût du suivi Non renseigné
Coût total de l’opération 150 250 € HT

Témoignage

Existence d'un témoignage
Oui
Témoignage

« Il est intéressant de voir que la Bresle a repris son lit naturel. Aujourd’hui, les personnes trouvent dans ce site un lieu apaisant et calme. Les promeneurs ont plaisir à retrouver un secteur enchanteur, riche en images et en sons avec le retour du bruit naturel de l’eau. L’aménagement le plus visuel est celui fait à la place de l’ancienne chute. Ce milieu a été repris récemment pour limiter la colonisation végétale… ».

Patrick BÈLE, maire de la commune de Sénarpont.


Partenaires et maître d'ouvrage

Partenaires financiers et financements - Etude préalable : AESN 80%, NORIAP 20 % - Travaux: AESN 100%
Partenaires techniques du projet - AESN - Onema - Direction départementale des territoires de la Somme


Maître d'ouvrage Institution interdépartementale de la Bresle

Contacts Pierre-Marie Michel
  Institution interdépartementale de la Bresle 3 rue Sœur Badiou, 76390 Aumale
michel.institution.bresle@orange.fr

Maître d'ouvrage
Contacts

Référence(s) bibliographique(s)

- Rétablissement de la continuité écologique et revitalisation de milieux humides d’intérêt communautaire à Sénarpont  – Grand prix du génie écologique. 4 pages.


- Évaluation des effets des travaux de renaturation de la Bresle à Sénarpont sur la faune piscicole. Institution de la Bresle. 2015, 2 pages.


- France 3 Normandie. Reportage du 16 mars 2014 sur
l’opération de restauration de la continuité sur la Bresle :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/2014/03/16/senarpont-76-le-vieux-barrage-detruit-lavoie-est-libre-pour-les-poissons-433825.html

Haut
Erreur | Zones Humides

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.